L’agent agitateur Bernard Henry Lévy interdit d’entrée dans une douzaine de pays

L’agitateur ultra-sioniste franco-israélien Bernard Henry Lévy, autoproclamé « philosophe » (Sic!) et bouffon du système de la bien-pensance, vient d’être interdit d’entrée en Fédération de Russie et en Chine.

Outre ces deux pays cités ci-dessus, l’agent extrémiste est déclaré persona non grata en Algérie (depuis deux mois), en Biélorussie, en Bolivie, à Cuba, en Iran, en Irak, au Nicaragua, au Soudan, en Syrie, en Tunisie, au Vénézuela et au Yémen.

L’information est confirmée pour la totalité des pays citées supra à l’exception de la Tunisie dont le gouvernement n’a pas officiellement instruit les services concernés de l’interdiction d’entrée de Bernard Henry Lévy sur son territoire mais a pris des dispositions pour qu’il soit refoulé à l’arrivée.

Une dizaine d’autres pays dont l’Afrique du Sud, le Brésil, le Nigéria et le Kazakhstan ont inscrit le nom de celui qui joué un rôle propagandiste va t-en guerre en Libye sur une liste noire de personnes classées très dangereuses pour la sécurité nationale de ces pays.

Les tortionnaires US sur la liste noire russe…

La Fédération de Russie a répondu aux sanctions américaines en ajoutant douze militaires US impliqués dans des crimes contre l’humanité, crimes de guerre et usage systématique de la torture sur sa liste noire.

Deux de ces militaires américains sont en relations avec le centre de détention de Guantanamo Bay et dix autres sont directement impliqués dans les violations massives des droits humains et du droit humanitaire international à Abou Ghrib, Irak.

L’initiative russe, très intelligente, a visé là où les milieux russophobes à Washington ne s’y attendaient pas. Car pour les milieux néoconservateurs US, viscéralement anti-russes (avec ou sans Poutine), il est impensable que les Etats-Unis soient une nation coupable des pires violations des droits de l’homme sur terre.

Voici la liste des tortionnaires US interdits d’entrée en Russie:

  1. Contre Amiral Richard W. Butler, commandant du centre de détention de Guantanamo, derrière l’alimentation forcée de détenus après une grève de la faim et soupçonné de superviser un programme secret d’expérimentations biologiques et psychiques sur les détenus.
  2. Gladys K. Kessler, magistrate du district de Columbia, qui a offert la couverture juridique aux techniques de tortures dont celles de l’alimentation forcée de produits OGM expérimentales sur des détenus.
  3. Ricardo Sanchez, général à la retraite qui a commandé les forces terrestres de la coalition en Irak entre 2003 et 2004 et qui a été directement responsable du contrôle  la sinistre prison d’Abu Ghrib où ont lieu une série de très graves violations des droits humains et  des actes de torture.
  4. Steven L. Jordan, Lieutenant-colonel à la retraite, a supervisé les « interrogatoires » de prisonniers. Connu pour ses méthodes expéditives.
  5. Janis Leigh Karpinsky, colonel à la retraite (sanctionnée), commandant de la prison d’Abu Ghrib et d’autres prisons irakienne avec le grade de général de brigade entre 2003 et 2004. Elle a été rétrogradée au grade de colonel et remerciée. A déclaré ne rien savoir sur ce qui se passait dans les prisons qu’elle supervisait et accusé la CIA de lui avoir menti.
  6. Charles Allan Graner, ancien officier, tueur psychopathe, pour torture systématique des prisonniers aboutissant invariablement à la mort des détenus
  7. Sabrina Dawn Harman, ex-officier , a participé à des dizaines de séances de torture de détenus.
  8. Ivan Frederick, ancien sous-officier, a participé personnellement à des dizaines d’homicides et à la torture physique et mentale de détenus irakiens.
  9. Javal Davis, ancien sergeant, tueur sans états d’âme
  10. Israel Rivera, simple soldat, tortionnaire
  11. Lynndie Rana England, est apparue sur des dizaines de photos humiliant des détenus torturés et blessés.
  12. Jeremy Sivits, détraqué mental qui a assassiné « pour tuer le temps »des détenus après les avoir mutilé.

Et cette liste ne serait qu’un début si l’on en croit Moscou. D’autre part, des pays comme l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, Cuba, l’Inde,  le  Nicaragua, la Syrie et le Venezuela ont emboité le pas à la Russie en créant leurs propres listes noires des tortionnaires US.