Syrie: les bataillons Zapad et Vostok à Alep, les bérets verts de la CIA à Palmyre

Le rôle des redoutables commandos tchétchènes des bataillons ZAPAD et VOSTOK dans les combats de rue pour la capture des derniers carrés de maisons  à Alep-est aurait été déterminant dans la victoire des forces syriennes, iraniennes et russes.

Alep est pratiquement sous le contrôle de Damas mais une nouvelle offensive de l’organisation terroriste connue sous le nom d’Etat Islamique en Irak et au Levant, solidement appuyée par les bérets verts de la CIA a totalement pris au dépourvu l’armée syrienne à Palmyre (Tadmor) où une base logistique gouvernementale a été prise d’assaut par une brigade terroriste. D’après des témoignages convergents, les forces rebelles ont eu recours à une nouvelle tactique: celle des essaims par vagues successives, s’assurant toujours d’une supériorité numérique de 10 contre 1 à un point d’attaque donné.

De toute évidence, russes et américains ne cachent plus l’implication directe de leurs forces spéciales dans les combats au sol en Syrie et on y assiste à une nouvelle course entre les militaires des deux puissances, rappelant étrangement la course endiablée entre américains et soviétiques vers Berlin en 1944-45.

Direct Intelligence from Syria and Lebanon

America’s 3000 man contingent inside Iraq, is managing combat operations for ISIS and al Nusra in combination with Israeli forces.

CIA trained Chechens
CIA trained Chechens

The report below was received from Syria and Lebanon this morning.  I will bullet point what I believe are the salient points.

  • ISIS chief, al Baghdadi, was removed from his position 4 months ago because the CIA is putting command of ISIS in the hands of Chechen and Russian jihadists who are both trusted and better trained.
  • This move was resisted and the Chechen forces, numbering 15,000, withdrew to Mosul.
  • This is being done to resist Iranian and Russian involvement both directly and through the new Baghdad intelligence coordination center which is threatening to end the war, something the CIA and Mossad cannot allow.
  • US Special Forces, on the ground in both Syria and Iraq, working out of Deir Ezzur, al Mayaden and Ramadi and receiving logistic support from America’s 3000 man contingent inside Iraq, is managing combat operations for ISIS and al Nusra in combination with Israeli forces.
  • The American assault on Deir Ezzur to “capture” an imaginary “oil official” of ISIS was staged to exfiltrate an American field commander who had been identified by Syria and was about to be captured by Syrian Speznatz.
  • All CIA and Mossad operations with al Nusra (the real Free Syrian Army) and ISIS are directly tied at every level to operations, both military and political, in Ukraine.

Original Arabic text by Naheed Al-Hussainy from Damascus, Syria

   

ناهد الحسيني – دمشق

أكد السفير الدكتور هيثم بو سعيد أمين عام المنظمة الأوروبية للأمن والمعلومات انّ الاتحاد الاوروبي بات امام معضلة صعبة في القضية السورية ولا حلّ الا من خلال انتهاج نمط التهدئة في الخطاب السياسي الذي قد يوحي الى رغبة في اعادة الأمور الى طبيعتها تدريجياً مع الحكومة السورية، وهذا ما عَمِلت عليه وتعمل المنظمة الأوروبية للأمن والمعلومات منذ فترة مع الحكومات الاوروبية، نظراً لخطورة الوضع، مشيرا الى أن الغرب بدء بإرسال إشارات في عدّة اتجاهات، خصوصاً بعد دخول اسرائيل على المسرح السوري جراء قصفها لمواقع للجيش بعد بدء العمليات الجوية الروسية ضد تنظيم الإرهابي داعش. والتدخل الاسرائيلي يُعتبر بمثابة رسالة دعم للجماعات التكفيريةً  وخاصة جبهة النصرة ومتفرعاتها التي تلقى دعم علني من اسرائيل وغضب الأخيرة جراء قصف الطيران الروسي لمواقع داعش.

كما أعلن السفير بو سعيد انّ محاولة قصف موكب ابو بكر البغدادي في منطقة بيجي هو ادعاء صحيح، الاّ انّ البغدادي لم يكن من ضمن الأشخاص الذين أصيبوا جراء القصف الجوي للتحالف الدولي. والغرض من هذا السيناريو هو التحضير لإشاعة مقتله بعد ان تمّ الكشف عن إزاحته منذ اكثر من أربعة أشهر بعد ان كانت هناك مجموعة من الموساد الإسرائيلية ومجموعة أمنية تقوم بحمايته على رأسهم مسؤول اللجنة الأمنية للتنظيم أبي سعد الكربولي قبل حوالي خمسة أشهر، حيث مصيره منذ ذلك الحين بات لغزاً عجزه او وفاته لاحقاً.

وأوضح السفير ابو سعيد الى انّ الخلاف الذي أدّى الى إقصاء البغدادي عن منصبه جاء بعد خلاف بينه وبين القيادة الاستخباراتية الاميركية المحلية من اجل دفع الشيشانيين الى واجهة التنظيم الإرهابي الاَّ انه بقيت السيطرة العراقية على رأس هذا التنظيم مما أوجب صدع كبير في منطقة بيجي في حينها أدى الى خروج حوالي خمسة عشرة الف (١٥،٠٠٠) من الشيشانيين الى الموصل. مشيرا الى ان المعلومات المتوفرة تشير الى ان الهدف من تسلم واجهة القيادة لهذا التنظيم المحظور دوليا هو لاستعماله ورقة ضغط

أميركية على روسيا في الاحداث الجارية في أوكرانيا

وأوضح السفير ابو سعيد الى انّ الخلاف الذي أدّى الى إقصاء البغدادي عن منصبه جاء بعد خلاف بينه وبين القيادة الاستخباراتية الاميركية المحلية من اجل دفع الشيشانيين الى واجهة التنظيم الإرهابي الاَّ انه بقيت السيطرة العراقية على رأس هذا التنظيم مما أوجب صدع كبير في منطقة بيجي في حينها أدى الى خروج حوالي خمسة عشرة الف (١٥،٠٠٠) من الشيشانيين الى الموصل. مشيرا الى ان المعلومات المتوفرة تشير الى ان الهدف من تسلم واجهة القيادة لهذا التنظيم المحظور دوليا هو لاستعماله ورقة ضغط أميركية على روسيا في الاحداث الجارية في أوكرانيا.

وهناك معلومات  تفيد بانه يتم تحضير مجموعات من الأصول الاسلامية التكفيرية للقيام بأعمال أمنية وعسكرية ضد الجيش الروسي وحلفائهم بغية تحجيم الامتداد الروسي وهذه المجموعات موجودة حاليا في الموصل

US Baghdadi Scenario is scandalous 

Nahed al Husaini VT Bureau Chief,  Damascus

Secretary General of the European Department for Security and Information Haissam Bou Said stated that the European Union is facing a difficult dilemma visa-a-vie the Syrian issue, noting that there is no solution except through the adoption of a truce in the political discourse pattern which may suggest a desire to restore things to gradual normality with the Syrian government.

“This is what the Department has worked and is working on for a while with the European governments because of the seriousness of the situation,”  Bou Said commented.

He noted that the West begins to send off signals in several directions , especially after Israel entered the Syrian theater by bombing army positions in the wake of Russian air operations against the terrorist organizations, namely ISIS, Al- Nusra and subsidiaries , which are now overtly backed by Israel.

A reliable source told VT that the Israeli element in the Syrian scene was present from the outburst of the Syrian crisis, via aiding the insurgents with logistics to topple the regime of Bashar al Assad.

The Russians are coordinating now with the Israelis to avoid any collusion incidents in Syrian spaces, and the Syrian army moved now from defensive to offensive strategies, benefitting tremendously from the Russian air cover which is protecting the movements of Syrian military.

The European position is still confused on Syria, because of the Israeli lobby leverage exercised on Top-notch European politicians and governments.

Bou Said also said that the bombing attempt of Abu Bakr al-Baghdadi procession in “Baiji” is true , but al-Baghdadi was not among the people who were injured during the aerial bombardment of the international coalition . The purpose of this scenario is to prepare for the rumor of his death after the revelation that he was removed from his position four months ago. A  group of Mossad, together with the security committee head of the organization Abu Saad al-Karbouli were guarding Al Baghdadi, whose fate since then has become a mystery.

Ambassador Bou Saeed explained that al-Baghdadi was excluded after the dispute which erupted between him and the local US intelligence command regarding pushing the Chechens to the forefront of the terrorist organization, but the Iraqi top control remained, leading to a crack in the organization in “Baiji.” About fifteen thousand ( 15,000 ) of Chechens left as a result and headed for Mosul .

Bou Said indicated that that the reason behind giving the Chechens the upper hand in the organization is to use them as a bargain chip against Russia in the ongoing events in Ukraine.  The intelligence available to the DESI clearly indicates that groups of extremists are being prepared now to take military actions against the Russian army and their allies in order to curtail the Russian sprawl . The groups are positioned in Mosul now, waiting for a signal to move ahead.

Source: Veterans Today

C’est un gag, non?

Tout commence comme une blague de potaches, deux réalisateurs US décident de redonner une nouvelle vie à la comédie, ce type de film sensé faire rire les foules (grande nouveauté pour moi, j’ai toujours cru que le cinéma US était une vaste farce…). Le scénario (pauvre, normal c’est une comédie) met en scène deux journalistes qui doivent interviewer le leader nord coréen – Kim Jong-un – mais (et là on touche du doigt la trame comique (!) supposée faire tomber de leurs fauteuils les spectateurs à force de rire) ces derniers sont approchés par la CIA afin de tuer ledit leader…

Qu’est-ce que c’est drôle! A mourir de rire… Bon, je ne suis pas certain que le film aurait été aussi tordant pour les nord-américains, si la cible des journalistes était le président US. Mais passons, là n’est pas le propos.

Donc, cette très mauvaise blague devait sortir en salle dans les jours à venir, petit problème, le distributeur du film, Sony, a été victime de pirates informatiques. Pour ceux qui ne sont pas au courant, il faut rappeler que Sony n’en est pas à son premier piratage, loin de là, c’est une habitude, chez eux. Normal me direz-vous, une grande entreprise comme celle-ci attire forcément tous les desperados du Net; certes, mais ne croyez-vous pas que depuis qu’ils se font pirater ils n’auraient pas pu remédier au problème, après tout la maison mère est japonaise et on pourrait croire que la sécurité électronique fait partie des compétences nippones. C’est certainement vrai, mais les actionnaires ne voient pas les choses de la même manière, pour eux, l’argent dépensé pour sécurisé l’entreprise ne va pas dans leurs poches; alors ils prient en espérant qu’il n’y ait pas de gros piratage…

Suite au piratage, Sony a déclaré qu’un scénario du prochain James Bond avait été copié, ce qui laissait supposer que le ou les pirates étaient novices, car tout le monde connait le prochain James Bond: Un espion compétent et bardé de gadgets, deux ravissantes créatures (une gentille et une méchante, qui de toutes façons finiront dans le lit de Bond), un méchant très méchant, des explosions, des armes et une fin héroïque qui voit le gentil gagner et le méchant mourir – tout le contraire de la CIA…

Mais le lendemain, nouveau son de cloche, les hackers en voulaient au film « comique » et menaçaient les salles obscures, qui auraient le courage de diffuser cette parodie, d’attentats dignes du 11 Septembre. Juste ciel! Des terroristes voudraient imposer leurs lois sur le sol des États-Unis! Branle-bas de combat au Pentagone, tout ceci devient une affaire d’État, et le FBI est chargé d’enquêter – ce qui me surprend, pour une fois que la NSA aurait pu servir à quelque chose…

Après des recherches approfondies, les agents spéciaux déclarent que les pirates sont d’origine nord-coréenne! Quel scoop! Pourtant le nom que se sont donnés les hackers – « Guardians of Peace » (Gardiens de la paix) – pourraient faire penser qu’ils sont nord-américains, mais il n’en est rien, le FBI dit qu’ils sont nord-coréens et vous êtes tenus de le croire sur parole.

Sony décide quelques heures plus tard de ne pas diffuser le film, aussi bien dans les salles de cinéma que sur le Net et se contente de se lamenter sur le manque à gagner (42 millions de dollars pour la réalisation plus les bandes annonces). L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais on ne menace pas impunément une entreprise sur le sol des USA. Chacun y est donc allé de son petit mot. Pour le sénateur John McCain cette attaque informatique est un « acte de guerre » (s’il vous plait, ne riez pas, le zigoto de l’Arizona va présider en janvier la très puissante commission des forces armées du Sénat); pour le directeur du FBI, l’attaque contre Sony n’est « pas un comportement acceptable pour un Etat »; et pour le dirigeant suprême des États-Unis – Barack Obama – il n’y a pas de doutes possibles, la Corée du Nord est seule responsable, aucun autre pays n’a agit avec Pyongyang.

Ils (les hackers nord-coréens) ont provoqué beaucoup de dégâts et nous répondrons. Nous répondrons de manière proportionnée et nous répondrons à un moment, à un endroit et d’une manière que nous choisirons…

Laissez-moi deviner… Lors d’une interview de Kim Jong-un? Avec deux journalistes made in USA? La fiction devient réalité…
C’est quand même étonnant cette manie des USA de désigner un coupable le plus rapidement possible. Personnellement, à la vue des faits et des preuves; le scenario du film, le nom des hackers; j’aurai plutôt pensé que l’attaque venait d’Afghanistan, et plus spécifiquement des sympathisants du commandant Massoud. En plus, je suppose que les nord-coréens ne sont pas forcément plus doués que les afghans (et vice-versa) pour tout ce qui touche au piratage à grande échelle… Et même si c’était le cas, à leur place je choisirai autre chose comme cible de mes attaques, le FBI la CIA ou la NSA, par exemple.

Bad news for Kiev: the leader of the Caucasian Emirate is dead

Moscow confirmed the elimination of the internationally wanted terrorist and leader of the so-called « Caucasian Emirate », Doku Umarov.
Doku Umarov’s Caucasian Emirate is one of the many Saudi and US and Israeli-backed Islamist insurgencies in Russia.
The illegal Ukrainian authorities in Kiev called in Umarov troops for backup against Russia. It seems that they will have to wait for another CIA Asset.

François Hollande, sioniste de toujours

Certains commentateurs ont expliqué la position française lors des négociations 5+1 avec l’Iran comme dictée par l’Arabie saoudite, ou encore en faisant référence à la judéité de son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. C’est ignorer que la politique française au Proche-Orient a profondément changé en neuf ans.

Tout a commencé, en 2004, avec la rupture entre Jacques Chirac et Bachar el-Assad. Le président syrien avait promis à son homologue français de favoriser Total lors d’un appel d’offres. Mais, lorsque la proposition française parvint au palais, elle était si désavantageuse pour le pays que le président se ravisa. Furieux, Jacques Chirac rompit avec la Syrie et présenta la résolution 1559 au Conseil de sécurité.

Puis, les Français élirent Nicolas Sarkozy sans savoir qu’il avait été partiellement élevé par un des principaux chefs de la CIA, Frank Wisner Jr. Non content d’avoir été fabriqué par les États-Unis, il s’était découvert des origines juives et avait cultivé ses relations israéliennes. Sa politique internationale était dictée par Washington, mais comme à l’époque il n’y avait pas de différence entre celle d’Israël et celle des États-Unis, il apparut seulement comme faisant bloc avec eux.

François Hollande avait été désigné durant 10 ans comme secrétaire général de son parti en raison de sa médiocrité : ne dirigeant aucun courant et n’étant vassal d’aucun leader, il pouvait tenir la maison en maintenant un équilibre entre les prétendants à l’Élysée. Il s’attacha à ne jamais avoir d’opinion personnelle, à rester le plus transparent possible. De sorte que durant sa campagne électorale présidentielle chacun crut avoir affaire à un homme modéré qui saurait s’entourer de personnalités éprouvées. Ses électeurs en sont les premiers meurtris.

La réalité de François Hollande ne se révéla qu’une fois parvenu à l’Élysée. Expert en politique intérieure, il ne connaît pas grand-chose aux relations internationales. Dans ce domaine, ses convictions lui viennent d’illustres personnalités socialistes.

Ainsi, a t-il placé son investiture sous les auspices de Jules Ferry, théoricien de la colonisation. Dans Le Figaro, son ami, le président israélien Shimon Pérès l’a comparé élogieusement à Léon Blum et à Guy Mollet, bien que celui-ci ne soit plus populaire en France. En 1936, le premier avait proposé de doubler le Royaume-Uni en créant l’État d’Israël au Liban, qui était alors sous mandat français. En 1956, le second tenta de s’emparer du Canal de Suez avec l’aide de l’armée israélienne.

Durant ses dix années à la tête du Parti socialiste, François Hollande a limité ses interventions sur le Proche-Orient, dont voici un bref florilège :

• En 2000, alors que le Sud du Liban est occupé, il prépare avec Bertrand Delanoe le voyage du Premier ministre Lionel Jospin en Palestine. Son discours comprend une condamnation du Hezbollah qu’il assimile à un groupe terroriste.

• En 2001, il exige la démission du géopoliticien Pascal Boniface, coupable d’avoir critiqué dans une note interne le soutien aveugle du Parti à Israël.

• En 2004, il écrit au Conseil supérieur de l’Audiovisuel pour remettre en cause l’autorisation d’émettre donnée à Al-Manar. Il ne cessera ses pressions qu’une fois la chaîne de la Résistance censurée.

• En 2005, il est reçu à huis clos par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Selon le compte rendu de la réunion, il aurait apporté son soutien à Ariel Sharon et aurait vivement critiqué la politique arabe gaulliste. Il aurait déclaré : « Il y a une tendance qui remonte à loin, ce que l’on appelle la politique arabe de la France et il n’est pas admissible qu’une administration ait une idéologie. Il y a un problème de recrutement au Quai d’Orsay et à l’ENA et ce recrutement devrait être réorganisé ».

• En 2006, il prend position contre le président Ahmadinejad qui a invité à Téhéran des rabbins et des historiens, dont des négationnistes. Il feint d’ignorer le sens du congrès, qui visait à montrer que les Européens avaient substitué la religion de l’Holocauste à leur culture chrétienne. Et, à contre-sens, il explique que le président iranien entend nier le droit des Israéliens à exister et qu’il s’apprête à poursuivre l’Holocauste.

• Il se mobilise pour la libération du soldat israélien Gilad Shalit, au motif que celui-ci dispose de la double nationalité française. Peu importe que le jeune homme ait été fait prisonnier alors qu’il servait dans une armée d’occupation en guerre contre l’Autorité palestinienne, également alliée de la France.

• En 2010, il publie avec Bertrand Delanoe et Bernard-Henri Lévy, une tribune libre dans Le Monde pour s’opposer au boycott des produits israéliens. Selon lui, le boycott serait une punition collective, infligée aussi aux Israéliens qui œuvrent à la paix avec les Palestiniens. Un raisonnement qu’il n’avait pas tenu lors de la campagne similaire contre l’apartheid en Afrique du Sud.

En définitive, avant le rapprochement franco-saoudien, et même avant d’être président, François Hollande avait déjà exprimé son soutien à l’État colonial israélien. Et il avait déjà condamné l’Axe de la Résistance (Iran, Syrie, Hezbollah). La vérité est donc inverse : appliquant l’Accord du Quincy, l’Arabie saoudite s’est rapprochée de la France en raison de sa politique pro-israélienne.

La politique du Parti socialiste en général et de François Hollande en particulier trouve ses racines dans le colonialisme du XIXe siècle, dont Jules Ferry fut un héraut et Theodor Herzl un promoteur. Aujourd’hui, les sionistes du parti se sont regroupés à l’initiative de Dominique Strauss-Kahn au sein du discret et puissant Cercle Léon Blum… dont le président d’honneur, Jean-Marc Ayrault, est devenu Premier ministre de François Hollande.

Thierry Meyssan

Voltairenet