Guerre en Syrie: l’armée syrienne repousse une solide offensive blindée rebelle sur Derâa

Derâa (Syrie méridionale): les unités de l’armée régumière syrienne défendant la ville de Derâa ont pu mettre en échec trois tentatives d’assaut consécutives des forces de  l’armée de la conquête composées de 33 unités évoluant sur cinq axes.

Première bataille de chars: utilisant des chars T-55, T-62 ainsi que quelques T-72 et évoluant en provenance du Nord de la Jordanie, les forces rebelles ont été prises à partie par les chars T-72S des unités blindées syriennes. La bataille de chars qui s’en est suivie a duré plus de trois heures. La plupart des chars rebelles ont été mis hors de combat. 11 chars rebelles ont été détruits par des obus-flèches (APFSDS: Armour Piercing Fin-Stabilized Discarding Sabot) tirés d’une distance à inférieure à 4000 mètres par les canons à âme lisse des chars de l’armée syrienne tandis qu’une vingtaine d’autres chars rebelles ont été déchiquetés par les missiles antichar tirés par des soldats des unités de l’infanterie mécanisée.

Des chars de l’armée régulière ont été détruits par des missiles TOW rebelles.

Il ne fait plus aucun doute que l’opération « Tempête du Sud » déclenchée par l’état-major rebelle installé dans une salle de commandement conjointe sise en Jordanie, s’avère être un fiasco pour Washington et Ryad. Plus de 269 rebelles ont trouvé la mort devant les remparts de Derâa en trois jours.

Berceau présumé de ce que les rebelles et leurs alliés occidentaux et arabes appellent « la révolution syrienne », la ville de Derâa est défendue par l’armée syrienne depuis plus de quatre années consécutives.

Connaissant bien le terrain, l’armée syrienne a pu contrer une dizaine d’assauts majeurs sur cette province-dont les trois offensives rebelles survenus cette semaine. Ce qui a conduit les chefs rebelles à s’accuser mutuellement de trahison et d’intelligence avec les « forces du régime ».  Cet échange d’accusations entre les chefs des groupes rebelles s’est vite transformé en un échange d’obus et autres roquettes. Jusqu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, des affrontements féroces opposent des factions rivales de l’armée rebelle en retrait des environs de Derâa.

Le mécontentement des rebelles à l’égard de « ceux qui se cachent dans des bureaux climatisés » en Jordanie tout en les envoyant au casse-pipe, ne cesse de croître. Certains commandants rebelles sont exaspérés de l’attitude des conseillers militaires US et britanniques (et autres de la coalition), préférant gérer le champ de bataille derrière des écrans d’ordinateurs bien au frais en Jordanie sans se soucier des lourdes pertes accusées parmi les rebelles à chaque opération.

Obus-flèche BK-14M avec son sabot.

Obus-flèche BK-14M avec son sabot. Poids du projectile: 19.8 kgs. Vitesse initiale: 905 m/seconde.

Essai du jour: le Shengdu FC 1 Super 7/ JF 17 Thunder

FC1 Super 7   JF17 Thunder

Chengdu FC 1 Super 7 JF17

Votre serviteur a été entre autres activités convié à un vol de démonstration de l’avion de combat multirôle léger Chinois Shengdu FC 1 Super 7 ainsi qu’à une visite de sa variante co-produite au Pakistan, le JF 17 Thunder.

Le JF 17 Thunder est co-produit par Chengdu Aircraft Industry Corporation (CAC) et Pakistan Aeronautical Complex (PAC). Cet avion de combat doit remplacer les Mig-21, Changdu F7, Nanchan A 5 et les Mirage III et V actuellement en service au sein des forces aériennes pakistanaises.

L’avionique de l’appareil basée initialement sur un processeur Motorola 8800 et son logiciel, développé en C++  en architecture ouverte au lieu de ADA peut intégrer une large gamme d’applications, y compris celles issues du domaine civil.  Le dispositif d’affichage tête haute (Head up Display) est assez intéressant malgré ses dimensions plutôt réduites et quelques problèmes rencontrés. Notamment en milieu tropical. Le siège éjectable de fabrication britannique est utilisable à zéro altitude.

L’appareil est propulsé par un Klimov RD93 Turbofan, une variante du RD 33 équipant le Mig-29. Le Turbofan offre une poussée relative plus conséquente pour une consommation assez réduite en carburant. Son radar de conduite de tir  KLJ7 de fabrication chinoise, offrant des similarités avec les Phazotron russes, peut suivre 10 cibles à la fois et en engager deux simultanément. L’avion est équipé d’un système de brouillage et de contre-mesures électroniques.

 

Performances communiquées:

Vitesses maximale: Mach 1.8

Altitude : 54 000 pieds (16 000 m)

Portée: 3000 kilomètres (1864 milles)

Rapport puissance/poids: 0.99

Armement:

De base: Un canon interne bitube GSh-23-2

Sept points d’attache (4 sous les ailes, deux aux extrémités des ailes et un sous le fuselage) d’une capacité d’emport de 3629 kilogrammes.

Conclusion: Le JF 17 est un avion de combat multirôle léger assez  économique dont la modularité est  susceptible de le rendre  adapté à une large palette de systèmes d’armes de diverses origines.

Il peut aussi servir de plate-forme idéale pour le développement d’autres avions de combat à coût réduit.

Mauvaise nouvelle pour les poissons: les Etats-Unis veulent détruire les armes chimiques syriennes en mer!

Selon l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques OIAC dont le siège est à la Haye, une partie des armes chimiques syriennes seraient détruite en mer Méditerranée à bord de navires de la marine US au moyen de l’hydrolyse. L’organisation n’a pas donné plus de précisions sur cette initiative.

D’après d’autres informations, cette opération sera menée à bord d’un navire battant pavillon US relevant du département du transport maritime des Etats-Unis et sous la protection des navires de guerre de la VIe flotte en Méditerranée.

L’initiative été proposé par Washington après le refus définitif de la Suède et de l’Albanie d’offrir des sites destinées à la neutralisation de ces armes.

Le refus de l’Albanie a étonné les États-Unis d’Amérique puisque ce pays délibérément « oublié » en Europe a été complètement vassalisé par Washington au point où ses troupes participent ou ont participé à toutes les campagnes militaires US en Afghanistan et en Irak.

Selon des informations disponibles, l’arsenal chimique syrien aurait été évalué à 970 tonnes. A comparer avec les estimations officieuses évaluant l’arsenal chimique israélien à 28000 tonnes….La principale raison d’être de l’arsenal chimique syrien était de servir comme un moyen de dissuasion face à une éventuelle agression israélienne.

Cette proposition soulève nombre de questions techniques. Faire sortir près de mille tonnes d’armes chimiques de Syrie ne sera pas une mince affaires. Certains lots étant toujours entreposées en zone de combat. D’autre part, la neutralisation du gaz Moutarde, du VX, du Sarin et un autre gaz en mer Méditerrannée risquerait de violer nombre de Conventions et de régulations internationales relatives à la protection de la mer et de l’environnement.

Dans tous les cas, voilà une bien mauvaise nouvelle pour les poissons! Comme si la pollution des mers n’y suffisait pas déjà!

l’Algérie renouvelle sa flotille de sous-marins

l’Algérie accorde de plus en plus d’intérêt à sa petite flotille de sous-marins et demeure l’un des rares pays de la rive Sud de la Méditerranée à en posséder encore.


Les sous-marins d’attaque de la marine algérienne sont dotés de missiles anti-navires Klub-S d’une portée de plus de 320  kilomètres. Les variantes du missile Klub-S sont trés difficiles à détecter.

La marine algérienne a procédé durant ces dernières années à de nombreuses acquisitions aussi bien auprès de ses fournisseurs traditonnels que d’autres afin d’améliorer l’efficacité au combat de ses sous-marins. Les efforts ont surtout eu trait à la puissance des générateurs diesel, la vitesse de plongée et le renforcement de la discrétion.

Très peu connus, les sous-marins de la marine algérienne ont commencé à faire parler d’eux il y a quelques années lorsqu’un sous-marin à réussi à échapper à des navires spécialisés dans la lutte anti sous-marins de l’US NAVY lors d’un exercice international au large du littoral algérien.

En règle générale, mis à part des informations distillées au compte-goutte et selon l’état conjoncturel des relations bilatérales algéro-russes par Rosoboronexport, aucune information officielle ne filtre sur les acquisitions réelles de l’armée algérienne. Mais celles-ci seraient de loin supérieures à la plupart des estimations actuellement disponibles à ce sujet.

Image fantaisite d'un sous-marin tirant une torpille. Cherchant à pallier ses carences en bâtiments de surface, l'Algérie accorde un intérêt croissant aux sous-marins. La combinaisons de a force de frappe sous-marine avec l'usage d'avions de combat SU-30 MKA doté de missiles Air-Surface/N lui confèrent la capacité d'agir sur un large rayon d'action  en Méditerranée Occidentale

Image fantaisite d’un sous-marin tirant une torpille. Cherchant à pallier ses carences en bâtiments de surface, l’Algérie accorde un intérêt croissant aux sous-marins. La combinaison de la force de frappe sous-marine avec l’usage d’avions de combat Sukhoi  SU-30 MKA doté de missiles Air-Surface/N  chinois lui confère la capacité d’agir sur un large rayon d’action en Méditerranée Occidentale.

Amélioration du projet 877EKM, les sous-marins du projet 636 conservent tous les avantages du 877EKM. Ils sont cependant différents pour la puissance des générateurs diesel, de vitesse en plongée, de rayon d’action et en terme de discrétion.

L’efficacité au combat du sous-marin est substantiellement améliorée par rapport au 636 grâce à l’installation à bord du système de missiles anti-navires Klub-S combiné au nouveau système de combat, très prometteur, qui permet son utilisation.

L’analyse de la rédaction :

Le missile anti-navires Klub-S a une portée « officielle » de 300 km avec une charge militaire de 400 kg (capacité maximale qui peut varier selon les versions du missile : 3M-54E, 3M-54E1, 3M-14E, 91RE1 et 91RE2). La vitesse terminale (à partir de 40 km) est de Mach 2.9.

Le missile est très difficile à détecter par la cible de part son faible diamètre et en raison de l’utilisation d’un revêtement absorbant les émissions radar.

– See more at: http://www.corlobe.tk/article11837.html#sthash.mWjPaZK1.dpuf

Le sous-marin Kilo (projet 636) destiné à la marine algérienne a été mis à l’eau le 20 novembre dernier et a commencé ses essais.

Un sous-marin de la classe Kilo
Un sous-marin de la classe Kilo

La construction de ce sous-marin a commencé en 2007 aux chantiers de l’Amirauté à St-Pétersbourg.

Amélioration du projet 877EKM, les sous-marins du projet 636 conservent tous les avantages du 877EKM. Ils sont cependant différents pour la puissance des générateurs diesel, de vitesse en plongée, de rayon d’action et en terme de discrétion.

L’efficacité au combat du sous-marin est substantiellement améliorée par rapport au 636 grâce à l’installation à bord du système de missiles anti-navires Klub-S combiné au nouveau système de combat, très prometteur, qui permet son utilisation.

L’analyse de la rédaction :

Le missile anti-navires Klub-S a une portée « officielle » de 300 km avec une charge militaire de 400 kg (capacité maximale qui peut varier selon les versions du missile : 3M-54E, 3M-54E1, 3M-14E, 91RE1 et 91RE2). La vitesse terminale (à partir de 40 km) est de Mach 2.9.

Le missile est très difficile à détecter par la cible de part son faible diamètre et en raison de l’utilisation d’un revêtement absorbant les émissions radar.

– See more at: http://www.corlobe.tk/article11837.html#sthash.mWjPaZK1.dpuf

Téhéran: une agression contre la Syrie permettra la libération de la Palestine

Des doutes subsistaient quant à une éventuelle riposte de l’Iran en cas d’agression étrangère en Syrie. Désormais, cela ne fait plus l’ombre d’un doute: la machine de guerre iranienne est en plein branle-bas de combat.

Un disours mystique et eschatologique domine les débats en Iran: pour la première fois, les iraniens évoquent publiquement « l’ultime guerre, celle qui conduira à la libération de la Palestine et l’anéantissement de l’Etat sioniste ».

De toute évidence et parallèlement aux immenses préparatifs de guerre israéliens, l’Iran s’est bien préparé à une guerre régionale totale. Cette donne chamboule non seulement les calculs de Washington et exlique ses hésitations mais également le recours par Obama à une approbation du Congrès pour déclencher ce qui pourrait être l’un des plus grands conflits du siècle.

Vu de Téhéran, l’approbation du Congrès est acquise d’avance, vu l’influence qu’exerce le  puissant lobby pro-israélien sur le pouvoir législatif US.

D’après des indiscrétions, la délégation du Haut Conseil de la sécurité nationale iranienne en visite depuis hier  à Damas aurait remis aux syriens un message secret ainsi que des plans visant à synchroniser une éventuelle riposte en cas d’agression contre la Syrie.

Quelques heures plus tard, le commandant en chef des Niruyeh Moghavemat Bassij (force de mobilisation de la résistance), la plus grande force  paramilitaire d’Iran (de 3 à 9 millions d’éléments), fondée en 1979 et relevant des forces du Corps des Gardiens de la Révolution a annoncé publiquement que toute « agression contre la Syrie conduira à la libération de la Palestine ».

D’autres généraux iraniens de l’armée régulière et des Gardiens de la Révolution ont martelé qu’une intervention occidentale en Syrie déclencherait un conflit qui ne sera pas circonscrit aux seules frontières syriennes.

Au Liban, des analystes proches du Hezbollah libanais estiment quant à eux qu’une éventuelle attaque américano-sioniste contre la Syrie verra la libération de la Palestine septentrionale. Une allusion à peine voilée à l’existence de plans secrets prévoyant l’intrusion de combattants du Hezbollah en Galilée, voire l’investiture d’agglomérations israéliennes. Ce qui serait une première depuis la création d’Israël en 1948.

Un cauchemar pour Obama.

Possible intervention US en Syrie: baptême de feu pour le F-22 Raptor?

Une possible intervention américano-israélienne en Syrie permettrait au F22 Raptor d'avoi son premier baptême de feu face aux Mig-29 S et Su-27 syriens. A moins que l'aviation syrienne ne soit détruite au sol par une campagne de bombardements intensifs.

Une possible intervention américano-israélienne en Syrie permettrait au F22 Raptor (US Air Force-unités stationnées en Turquie et en Jordanie) d’avoir son premier baptême de feu face aux Mig-29 S et Su-27 syriens. A moins que l’aviation syrienne ne soit détruite au sol par une campagne de bombardements intensifs.

Syrie: les images des victimes de l’attaque chimique mis en scène dans un autre pays arabe

Une source diplomatique arabe fiable a confirmé qu’une partie des images diffusées montrant des victimes d’une attaque chimique près de Damas ont été mis en scène dans un autre pays arabe par deux services spécialisés. Notre source a tenu à souligner que le réseau social très douteux Facebook s’est impliqué de manière directe dans cette mise en scène.

Ce n’est pas la première fois que des officines de propagande procèdent à de tels procédés pour justifier une guerre: Cela a été le cas avec le faux massacre de Timisoara en Roumanie en 1989, la fausse affaire des bébés assassinés par les soldats irakiens au Koweit en 1990 (le rôle de l’infirmière était tenu par la fille de l’ambassadeur du Koweit aux Etats-Unis), les faux réfugiés kurdes en 1991, Les faux massacres serbes au Kosovo en 1999, Le faux « génocide » au Darfour qui s’est subitement arrêté le jour où le Président soudanais a accepté la partition de son pays en deux, les fausses images d’enfants massacrés en Libye et en Syrie, et la liste est très longue.

Le monde est régi par les rapports de force. Dès que les américains ont pu avoir de nouvelles technologies militaires susceptibles de mettre en échec les capacités des armes de leurs adversaires, ils sont prêts à partir en guerre. Moscou l’a bien compris: Le ministre russe des Affaires étrangères, la mine contrite, a bien fini par déclarer que son pays n’interviendrait pas en cas d’attaque US en Syrie.  C’est un monde régi par la force brute et la compétition acharnée. Tout le reste n’est que littérature.